Bijoutier/-ière CFC

Bijoutier/-ière CFC

 

Nature des tâches

La nouvelle ordonnance de formation regroupe les professions de bijoutier/-ière CFC, d’orfèvre en argenterie CFC et de sertisseur/-euse en joillerie CFC. Le champ professionnel de bijoutier comprend les orientations bijouterie, orfèvrerie et sertissage.

Le travail du bijoutier consiste à créer, à exécuter et à réparer des bijoux faits de pierres, de métaux précieux, mais aussi d’autres matériaux. Les bijoux en platine, en or et ses alliages ou en or blanc, ornés de pierres précieuses, généralement des diamants, sont ce que l’on appelle des joyaux. Les joailliers qui fabriquent de telles pièces de joaillerie sont nommées bijoutiers. Avant de fabriquer un bijou, il faut faire un projet sous la forme d’un croquis ou d’un modèle en papier, en métal commun, ou parfois en cire, en plastiline ou encore en plâtre. Le bijoutier doit souvent discuter de la conception plastique du projet, des particularités techniques ainsi que du déroulement de la fabrication. Le projet est élaboré avec précision en fonction des dimensions des pierres précieuses et des impératifs techniques. Bien qu’aujourd’hui l’or soit livré sous différentes formes, il arrive que le bijoutier doive le préparer lui-même pour certaines utilisations particulières. Il fera fondre les lingots d’or, qui seront ensuite forgés, laminés ou étirés selon qu’il veut obtenir une plaque, une tôle ou un fil.

Comme le bijoutier est assis la plupart du temps à son établi, il devra aménager sa place de travail avec soin. Il travaille souvent à la lumière artificielle, pour pouvoir distinguer les plus petits détails. L’installation de fonte, le tour à polir ainsi qu’une hotte pour l’élimination des vapeurs acides complètent l’outillage courant du bijoutier.

Conditions d'admission

Une scolarité secondaire ou supérieure est souhaitable, surtout pour une formation complémentaire éventuelle.

Le travail très précis et méticuleux requiert une excellente dextérité manuelle, de la patience, force et une bonne faculté de concentration. De même, une sensibilité pour le matériel et les formes, un don pour le dessin, le sens des couleurs, une faculté de représentation spatiale, de l’imagination et une créativité très développée, un don d’observation, une bonne vue (acuité, perception des couleurs – port de lunettes possible) sont importants. On recommande aux personnes désireuses d’exercer la profession de bijoutier de suivre un cours préparatoire dans une école d’arts appliqués (2 semestres). Cette formation leur sera très utile dans leur vie professionnelle.

Formation Bijoutier/-ière CFC

Formation professionnelle initiale de 4 ans dans un atelier en orientation bijouterie.
Les apprenants/-es du champ professionnel suivent les cours de l’école professionnelle en commun. Les cours interentreprises complètent la formation.
Après un cours préparatoire d’un an, la formation professionnelle initiale de 4 ans peut être effectuée dans une école d’arts appliqués. C’est la solution la plus courante en Suisse romande.


Perspectives

Formation professionnelle complémentaire dans une autre orientation. Cours organisés par une école professionnelle, une Haute école supérieure ou l’association des bijoutiers.
Examen professionnel supérieur de maître bijoutier.
Etudes de designer BA HES en design industriel et de produits, orientation bijou-objet et accessoires.
Promotion: poste supérieur dans une fabrique ou un atelier de bijoutier, propre atelier.
Adressen

Entreprise / École Localité
first floor - vorkurscoaching Zürich
Service

Berufskunde Jobmedia
© Berufskunde-Verlag der Alfred Amacher AG, CH-8153 Rümlang | Alfred Amacher GmbH, DE-79801 Hohentengen